Letter 4639

Date 9/21 March 1892
Addressed to František Šubert
Where written Maydanovo
Language French
Autograph Location Prague (Czechia): Národní muzeum, České muzeum hudby, hudebně-historické oddělení
Publication Pražské návštěvy P. I. Čajkovského (1952), p.161 (Czech translation)
П. И. Чайковский. Полное собрание сочинений, том XVI-Б (1979), p. 55

Text and Translation

French text
(original)
English translation
By Brett Langston
9 Mars 1892
Klin, près Moscou

Monsieur le Directeur!

Je Vous remercie profondément pour l'intention que Vous avez de faire connaître au pubiic Viennois mon opéra «Onéguine». Vous ne sauriez croire combien cela me réjouit et combien je suis touché de Votre amiable intention.

Je ne connais pas du tout l'établissement «Felix Bloch Erben» dont Vous parlez. J'ai remis mes droits d'auteur pour l'opéra «Onéguine» en Allemagne et l'Autriche à Mr le directeur du Théâtre de Hamburg, Mr le Dr. Pollini. Aussi c'est à lui que je vais m'adresser tout de suite pour le prier de prévenir les objections qui pourraient empêcher les représentations de mon opéra. J'éspère qu'il fera tout ce qu'il faut, car son intérêt est de faire connaître mon opéra à Vienne et d'ailleurs j'ai le droit de supposer qu'il a pour moi beaucoup d'amitié toute personelle. S'il a cédé ses droits à l'établissement que Vous nommez, — j'éspère qu'il fera comprendre à ceux qui le dirigent qu'il n'y a pas de bonnes raisons pour empêcher les représentations d'Eugène Onéguine n'importe dans quelle langue. Recevez, cher Monsieur Subert, l'assurance de mon profond respect.

P. Tschaïkovsky

9 March 1892
Klin, near Moscow

Mr Director!

I thank you profoundly for your intention to acquaint the Viennese public with my opera "Onegin". You cannot imagine how much this pleases me, and how touched I am by your kind intentions.

I do not know the establishment "Felix Bloch Erben" which you mentioned. I assigned my author's rights to the opera "Onegin" in Germany and Austria to the director of theatre in Hamburg, Herr Doctor Pollini. Therefore it is to him that you must address your request right away, in order to forestall any objections that could prevent the performances of my opera. I hope he will do all that is required, because it is in his interest to promote my opera in Vienna, and I have reason to assume that he is very friendly to me personally. Were I to cede the rights to the institution to which you referred, I hope that its directors will understand that there are no good reasons to hinder the performances of Yevgeny Onegin, no matter what the language. Please accept, dear Mr Šubert, this assurance of my very profound respect.

P. Tchaikovsky