Letter 3010

Date 20 July/1 August 1886
Addressed to Marie Tayau
Where written Maydanovo
Language French
Autograph Location New York (New York, USA): The Morgan Library and Museum (Morgan collection)
Publication П. И. Чайковский. Полное собрание сочинений, том XIII (1971), p. 410
Tschaikowsky-Gesellschaft Mitteilungen, Heft 19 (2012), p. 159–160 (original), p. 160 (German translation)

Text and Translation

Russian text
(original)
English translation
By Brett Langston
Maïdanowo près Kline
20 Juillet / 1 Aout 1886

Chère et bonne Mademoiselle!

Comment pouvez Vous douter de mon vif et sincère desir de Vous avoir pour interprete si le concert projeté doit avoir lieu? Et d’ailleurs, n'est[-]ce pas à moi de Vous supplier à genoux de ne pas refuser Votre précieux concours à ce concert? Sans parler de Votre admirable talent reconnu par tout le monde et que j'ai eu la chance d'apprecier moi-même, — n'est-ce pas Vous, qui la première avez tenté de propager ma musique à Paris? Croyez Vous donc que je suis capable d'oublier ce que je Vous dois?

Non! Je suis sûr, qu'au fond du cœur, Vous ne m'en croyez pas capable et que si Vous m'avez ecrit, c'est que Vous saviez que quelques lignes de Vous me feraient le plus grand plaisir. Et Vous ne Vous êtes pas trompée. Je Vous remercie donc bien chaleureusement pour la sympathie, que Vous voulez bien me témoigner et Vous prie de croire que j'ai conservé le plus doux souvenir de notre entrevue à Paris. Ce qui me charme en Vous ce n'est pas seulement Votre grand talent, – mais c'est encore Votre grande et extrème bonté et c'est ce que j'apprécie surtout dans l'homme.

J'espère que Madame Votre mère va mieux et je Vous prie de lui transmettre mes souhaits les plus chaleureux. Je me félicite d'avance du plaisir que j'aurai de Vous revoir à Paris. Au revoir, bien chère Mademoiselle.

Votre fidèle ami et admirateur,

P. Tschaïkovsky

Maydanovo near Klin
20 July/1 August 1886

Dear and good Mademoiselle!

How can you doubt my keen and sincere desire to have you as an interpreter if the projected concert is to take place? And besides, ought I to beg you on my knees not to deny me your precious participation in this concert? Not to mention that your admirable talent is recognised by everyone, and I have been fortunate to have the chance to appreciate it myself — was it not you who first ventured to propagate my music in Paris? So do you imagine that I am capable of forgetting my debt to you?

No! I am sure, deep in your heart, you do not believe me capable of that, and if you have written to me it is because you knew that a few lines from you would give me the greatest of pleasure. And you are not mistaken. And so thank I thank you very warmly for the sympathy you have kindly shown me, and beg you to believe that I have retained the sweetest memory of our meeting in Paris. It is not only your great talent which I find charming, but it is also your superlative and extreme kindness, and that is what I appreciate above all in a person.

I hope that Madame your mother is better, and I ask you to convey my warmest wishes to her. I look forward to the pleasure of seeing you again in Paris. Until we meet, most dear Mademoiselle.

Your faithful friend and admirer,

P. Tchaikovsky